Malheureusement, ça arrive parfois…

Nous voilà parties toutes les deux dans la campagne Normande. Ce matin là Moka a passé son temps  le nez en l’air, concentrée sur une odeur. Elle était sans aucun doute sur une piste. Son excitation était palpable, et l’odeur se précisait de plus en plus… Ça y est, elle se décide enfin et fonce sur sa proie, un lièvre, qui était installé confortable au milieu des pousses de blé… une course effrénée s’engage et je vois disparaîtra Moka dans les champs, hors de portée de voix et de ma vue.

L’histoire aurait pu se terminer là…  mais malheureusement pour Moka, ça n’a pas été le cas.

C’est la première fois que Moka se blesse en coursant un gibier, par l’excitation et le manque de chance aussi, un champ parsemé de silexs et de barbelés… un cocktail détonnant vous annonçant de bien mauvaises nouvelles… le plus embêtant, c’est que, ni elle, ni moi avions remarqué immédiatement ses blessures,  ce n’est qu’au retour de la promenade que j’ai constaté qu’elle avait du sang sur ses pattes… Aucune de ses pattes n’avaient été épargnées, mais c’est sa pattes arrière gauche qui était la plus abîmée…. une entaille de 1 cm de profondeur sur 1,5 cm de large…

Le passage à la case « vétérinaire » devenait donc un arrêt obligatoire dans notre périple normand. L’activité couture dans le monde vétérinaire devenait incontournable aussi.  Moka devait se faire opérer. Nous n’avons même pas eu le temps de prendre conscience de ce qui allait se passer qu’en une fraction de seconde Moka se retrouva inconsciente sur la table du vétérinaire. Je n’ai même pas eu le temps de lui dire à tout à l’heure.  Une expérience déroutante que de voir sa chienne s’effondrer en un mouvant de cil… n’être plus qu’une masse inerte dans ses bras… mais ce qui amplifie encore plus ce phénomène c’est d’être momentanément déracinée, dans un environnement inconnu, avec un vétérinaire qui à la charge de votre chienne et que vous ne connaissez même pas.

L’opération s’est bien déroulée, cependant, Moka a eu une réaction inflammatoire le lendemain de l’opération, créant un gros abcès de 5 cm de large et de 8 cm de long au niveau de la nuque, juste au point d’injection de l’antibiotique.  Nous sommes retournées naturellement voir la vétérinaire qui avait opéré Moka pour lui montrer l’inflammation. Allergie à l’antibiotique ? A l’excipient ? Infection due à l’aiguille ? Difficile de savoir. Pour elle, Moka allait avoir tout au plus un abcès stérile… c’est à dire avec de l’eau… mais dans la journée, sur la route du retour, Moka a développé des oedèmes au niveau de l’épaule gauche et du poitrail. L’inquiétude venait de monter d’un cran en voyant ma chienne se transformer en Quasimodo !

J’ai donc contacté mon vétérinaire. Pour lui Moka était en train de faire une méchante réaction allergique. Nous nous sommes donc rendues le lendemain au cabinet de Franck. Rien de telle que la confiance que l’on porte à son vétérinaire pour vous apaiser. Franck a une très bonne expérience des animaux et a un bon contact avec eux. Après avoir inspecté Moka, l’abcès qui devait être théoriquement stérile, était en fait rempli de pus. Plusieurs choix s’offraient donc à Franck : Drainer l’abcès ? Opérer  ? Réaliser des ponctions ? Des trois possibilités, Franck n’a retenu que la plus douce. Il n’a pas voulu retirer, ni drainer l’abcès, mais a préféré privilégier les ponctions afin d’éviter toutes cicatrisations disgracieuses ou d’interventions chirurgicales.

Aujourd’hui Moka a bien cicatrisé de la patte, mais son abcès, bien qu’il ait significativement diminué, n’est pas encore guéri. Il faudra attendre au moins un mois pour une complète guérison. En attendant, l’abcès reste toujours sous surveillance… une réinfection reste possible.

Certains vous dirons que c’est la faute à pas de chance et c’est vrai. Mais l’accumulation de petits évènements s’imbriquant les uns avec les autres, peuvent parfois devenir difficile à gérer notamment quand cela touche à la santé et que vous n’avez aucun contrôle.  Mais quand vous êtes avec un ami qui vous accompagne dans votre démarche, prend soin de vous et de votre chienne et continue à s’inquiéter de votre chienne même après votre départ, ça n’a pas de prix. Le soutien professionnel de votre vétérinaire aussi. Merci à vous deux . Alain d’avoir été là ! Franck d’avoir pris soin de Moka.

P.S. : Elle n’a pas attrapé le lièvre… trop malin !

 

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :